Fonds d'archives

La Société d'histoire de La Prairie-de-La-Magdeleine possède 100 fonds et collections. Ces fonds et collections touchent à pratiquement tous les domaines de la seigneurie de La Prairie. Ces fonds d'archives peuvent être consultés dans nos locaux. Voici quelques exemples de fonds et collections que nous possédons :

P1 - Fonds Elisée Choquet / Docteur Thomas-Auguste Brisson.

1620-1967.
4 m de documents textuels et autres documents.

Notice biographique :  

Élisée Choquet est né à Richelieu, le 30 avril 1900 et il a été ordonné prêtre en 1923.  Il détenait un doctorat en Philosophie (Rome), une licence en Théologie et une licence en droit canonique.  Il a été vicaire à Saint-Eusèbe, à Sainte-Clotilde, à La Prairie de 1929 à 1936 et à Longueuil.  Il a été ensuite curé à Delson, à Saint-Édouard, à Saint-Isidore et à Varennes.  Il prit sa retraite en 1970 et il est décédé le 14 mai 1972.  

Il s'est toujours intéressé à l'histoire et son séjour à La Prairie a été déterminant à ce sujet.  Sous le nom de plume de Pierre Rafeix, il écrivit de nombreux articles d'intérêt historique et généalogique dans le journal Le Richelieu, sous la rubrique « En vidant mon carquois »; il collabora aux Mémoires de la Société généalogique et au Bulletin des Recherches historiques.  On lui doit un volume à contenu historique, publié en 1935 : Les communes de La Prairie.

Il poursuit le travail du docteur Thomas-Auguste Brisson.  Ce dernier consacra une soixantaine d'années de sa vie à ses concitoyens de La Prairie.  Né à Saint-Lin, en 1852, il fit ses études au Collège de L'Assomption et au Collège de Montréal.  Admis à la pratique de la médecine en 1876, il s'établit d'abord à Saint-Constant; mais, deux ans plus tard, il se fixait à La Prairie.  Son nom est désormais associé à l'histoire de cette municipalité.  

Il y prodigua ses soins professionnels à plusieurs générations et participa aux diverses activités locales.  Il a été maire de La Prairie à deux reprises et préfet du comté.  Homme d'action, il s'intéresse grandement à la lutte contre la mortalité infantile, aux problèmes d'urbanisme et à la colonisation.  Il fonda la « Société générale de Colonisation et de Rapatriement de la Province de Québec », dont il a été l'agent général durant 15 ans et qu'il a représentée en France à plusieurs reprises.

Il nourrit une passion constante pour l'histoire.  Membre de la « Société historique de Montréal », il a été très actif au sein de la « Société littéraire de La Prairie », s'efforçant de recueillir la plus abondante documentation possible sur l'histoire de la région et de ses habitants.  C'est ainsi que peu à peu il a constitué ce qui est devenu le Fonds Élisée Choquet.

Le docteur Thomas-Auguste Brisson est décédé le 18 décembre 1937.  Quelques années auparavant, il avait passé le flambeau à M. l'abbé Élisée Choquet, ce dernier poursuivit les recherches et enrichit la collection à laquelle devait s'attacher son nom.

Historique de la conservation :  

Il conserve et enrichit la collection entreprise par les membres de la Société littéraire de La Prairie, poursuivant l'œuvre du docteur Thomas-Auguste Brisson.  Ce fonds est dû à l'initiative d'amateurs d'histoire et de collectionneurs du siècle dernier, membres de la Société littéraire de La Prairie, et notamment du docteur Thomas-Auguste Brisson, qui en fut le maître d'œuvre.  L'on se proposait alors d'identifier, de noter et de classifier tous les actes et manuscrits connus concernant La Prairie et ses familles depuis les débuts de son histoire.  Monsieur l'abbé Élisée Choquet poursuivit l'œuvre entreprise jusqu'en 1967.

À sa mort, le fonds connu sous le nom de Fonds Élisée Choquet fut remis au diocèse de Saint-Jean-de-Québec qui en fit don aux Archives nationales du Québec (Montréal).

Portée et contenu :  

Le fonds Élisée Choquet se compose de documents divers relatifs à l'histoire de la Rive-Sud de Montréal, et tout particulièrement de La Prairie.  Il comprend plus de 30 000 documents de tous genres : correspondance, cartes, plans, notes, copies d'actes notariés, imprimés, photographies, coupures de journaux et article de revues.  Ce fonds constitue une source de documentation très intéressante et fort utile pour les chercheurs et les personnes intéressées à l'histoire de cette région, notamment par les abondantes notes d'ordre généalogique.  Par ailleurs, on y trouve également des documents touchant des questions d'ordre général et des événements à caractère national ou international.  Les documents vont de 1620 à 1967.

Il est constitué des séries suivantes : correspondance, généalogie, La Prairie, histoire locale, La Prairie et comté, Région sud de Montréal et sujet divers.

La Société d'histoire de La Prairie-de-la-Magdeleine possède plus de 20 000 documents photocopiés, soit la presque totalité des documents relatifs à La Prairie et à la région avoisinante.  Par conséquent, les séries correspondance et sujet divers ne sont pas disponibles au centre de documentation de la Société d'histoire de La Prairie-de-la-Magdeleine.


P5 - Collection Delson (Québec, Canada).

1733-1996; surtout 1900-1996.
0,37 m de documents textuels. - 20 photographies. - 3 cartes.

Histoire administrative :  

A l'origine, la côte de «La Tortue» est située aux confins des seigneuries de La Prairie de la Magdeleine, de La Salle et du Sault-Saint-Louis. La côte commence à se peupler vers la fin du XVIIe siècle; le capitaine de milice y assure alors l'administration civile. En juillet 1855, avant que Delson ne soit constituée en tant que ville, son territoire faisait partie de la municipalité de comté de La Prairie. Le 4 janvier 1918, une partie du territoire de la municipalité de la paroisse de Saint-Constant est détachée pour devenir, par proclamation du roi Georges V, la municipalité du village de Delson. Le 21 février 1957, par la loi privée 251, Delson est érigée en corporation de ville. A cette occasion son territoire est agrandi. On lui annexe des lots des municipalités des paroisses de St-Constant et de La Prairie. En janvier 1982, afin de favoriser une plus grande décentralisation et de donner plus de pouvoir aux niveaux locaux et régionaux, la ville de Delson est intégrée à la municipalité régionale de comté de Roussillon.


P7 - Fonds Berthe Dubuc-Favreau.

1884-1989.
90 cm de documents textuels et autres documents.

Notice biographique :  

Berthe Dubuc est née à Saint-Michel de Napierville en 1907. Elle est la fille du médecin Léotable Dubuc et de Marie Demers. Elle s'installe à La Prairie avec sa famille en 1912 et poursuit ses études au pensionnat de La Prairie dirigé par les Sœurs de la Congrégation de Notre-Dame. En 1926, Berthe Dubuc se rend à Montréal afin de compléter sa formation à l'Académie Saint-Urbain en lettres-sciences. Elle obtient une licence de l'Université de Montréal en 1927. En 1936, elle épouse Paul Favreau. Ses études terminées, Berthe Dubuc-Favreau enseigne le piano et l'harmonie sur une période de dix ans. Le bénévolat occupe une place importante dans sa vie, entre autres son travail pour les œuvres de charité à l'Hospice Notre-Dame-des-Sept-Douleurs de La Prairie. Elle est aussi présidente de l'«amicale Notre-Dame des Prés», une association des anciennes du Pensionnat de La Prairie. Pendant plus de quarante ans, Berthe Dubuc-Favreau se dévoue au sein du Parti Libéral du Canada et du Québec. A l'intérieur de cette période, on la retrouve notamment au poste de présidente des Femmes libérales du comté de Napierville-Laprairie et ce, jusqu'en 1968. De plus, elle est membre de la Commission politique de la Fédération féminine libérale du Québec, de 1960 à 1964. La Ville de La Prairie la prendra à son service, entre 1962 et 1965, au poste de greffière de la cour municipale. Berthe Dubuc-Favreau joue un rôle majeur au sein de la Société historique de La Prairie-de-la-Magdeleine. Elle en sera vice-présidente en 1975-76. Elle s'implique également dans le comité de généalogie et collabore à la classification des documents du fonds Élisée Choquet, de 1976 à 1980. Enfin, elle dirige les projets Nouveaux Horizons de 1982 à 1986. Berthe Dubuc-Favreau est décédée à La Prairie le 17 mars 1990.

Portée et contenu :  

Le fonds Dubuc-Favreau témoigne de l'histoire de La Prairie et des environs. On retrouve des documents concernant le Pensionnat de La Prairie, le Parti Libéral du Canada et du Québec, la généalogie, la Société historique de La Prairie-de-la-Magdeleine, de même que la vie musicale et religieuse de La Prairie. Le fonds contient de la  correspondance, des cartes, des plans, des notes, des copies d'actes, des imprimés, des photographies, des coupures de journaux et de revues. Le fonds compte 24 séries et 110 sous-séries.

Portée et contenu :  

La collection consiste en la généalogie de la famille Belval et des familles associées à celle-ci. Elle est constituée des séries suivantes : descendance sommaire de la famille Belval, histoire, villes du Québec, biographies et études généalogiques de personnages historiques, extraits de répertoire et cours de généalogie. Elle contient des articles de journaux, des actes (baptêmes, mariages, sépultures) des différentes villes du Québec ainsi que des extraits de répertoire que la SHLM ne possède pas.


P21 - Fonds Ildège Brosseau.

1694-1984.
0,35 m de documents textuels et autres documents.

Notice biographique :  

Ildège Brosseau est né à St-Philippe de La Prairie dans une famille de fermier. Il fait ses études à l'école du rang St-Claude à St-Philippe jusqu'à sa 7e année. Par la suite, il continue à s'instruire lui-même en faisant de la lecture et en côtoyant des gens. Il est la 5e génération à travailler sur la ferme familiale. Ensuite, il siège au conseil municipal de St-Philippe comme conseillé pendant 2 termes avant d'être élu par acclamation. Il siège également comme commissaire d'école et comme président à l'école de St-Philippe. De plus, il occupe une place comme secrétaire à la municipalité de St-Philippe pendant 12 ans. Durant son travail, il est bénévole pour un cercle théâtral, de sa création à son déclin, et il dirige les enfants du chœur de l'église de St-Philippe. Il décide de déménager à La Prairie et travaille comme substitut à l'église du Christ-roi. Suite à une convocation des censitaires de la Seigneurie de La Prairie de la Magdeleine à une assemblée tenue par les Jésuites le 5 avril 1963, il est nommé membre de la Corporation des Présidents et Syndics. Par la suite, il est nommé assistant-greffier. Après la dissolution de la Corporation des Présidents et Syndics, Ildège Brosseau poursuit le récit «Les Communes de La Prairie» de l'abbé Élisée Choquet pour compléter l'histoire de la Commune qui prend fin le 8 juillet 1966.

Portée et contenu :  

Ce fonds offre une vue d'ensemble de l'implication d'Ildège Brosseau comme Syndic et assistant-greffier du dernier groupe des Présidents et des Syndics de la Commune de La Prairie de la Magdeleine de 1694 à 1984. Le fonds est constitué des séries suivantes: administration, finance, documents légaux et judiciaires, relation avec les individus, coupures de presse, document sonore, document cartographique et document photographique. Le fonds contient une historique, un rapport, un mémoire, des reçus, des listes des censitaires, des contrats, des certificats de concession, des jugements, des lettres, une coupure de presse, un enregistrement d'une conférence, un plan de la  Commune et une photographie.


P23 - Fonds Julien Brisson.

1813-1966.
28 documents textuels. - 3 photographies.

Notice biographique :  

Julien Brisson est né à Montréal le 19 février 1890. Il est le  fils d'Edmond Brisson et d'Aurore Martin. Il fait ses études primaires à St-Constant, ses études classiques à Montréal, notamment au collège Ste-Marie, et ses études en droit à l'Université Laval de Montréal, maintenant l'Université de Montréal. Reçu avocat en 1916, Julien Brisson pratique sa profession à Montréal et à La Prairie durant 50 ans. Il reçoit le titre de conseiller de la reine en 1934 et est alors spécialiste en droit municipal. De ce fait, ses services sont requis par plusieurs municipalités de la province.  Durant la première guerre mondiale, l'avocat Brisson sert à titre de capitaine et durant le second conflit mondial, il fait partie de la brigade civique de La Prairie. On le compte parmi les organisateurs des fêtes de la paroisse de La Nativité de la Sainte Vierge en 1922-23 et des activités du centenaire du chemin de fer entre La Prairie et Saint-Jean en 1936. Julien Brisson fait partie du conseil 4569 des Chevaliers de Colomb de La Prairie.  Son décès survient à Montréal le 1er décembre 1966.

Portée et contenu :  

Le fonds offre une vue d'ensemble de documents se rapportant à la famille Brisson de 1813 à 1966 à La Prairie, à Montréal et à Ottawa. Le fonds est constitué des séries suivantes: documents personnels, finance, documents légaux et judiciaires, relations publiques, correspondance et documents iconographiques.  Il contient des documents personnels, des obligations, des contrats notariés, des testaments, un rapport du coroner, des lettres et des photographies.


P25 - Fonds de la Chambre de Commerce de La Prairie.

1943-1970.
0,06 m de documents textuels. - 1 photographie.

Portée et contenu :  

Le fonds témoigne des diverses activités de la Chambre de commerce de La Prairie, ainsi que de son fonctionnement, de 1943 à 1970 à La Prairie. Le fonds est constitué des séries suivantes: administration, finance, législation et affaires juridiques, relations publiques, «membership» et services aux membres, et document photographique. Il contient une charte, des lois et règlements, des procès-verbaux, des rapports, des états financiers, des chèques, des états de compte, des ententes, des lettres, des listes et des cartes des membres, ainsi qu'une photographie.


P30 - Fonds Alexandre Page.

1740-1922.
0,75 m de documents textuels. - 1 photographie.

Historique de la conservation :  

Ce fonds a été donné à la Société d'histoire de La Prairie-de-la-Magdeleine par la famille d'Alexandre Page, en 2001.

Portée et contenu :  

Ce fonds porte sur la famille d'Eugénie Brosseau, mère d'Alexandre Page. L'on y retrouve 8 séries, qui sont les suivantes : Brosseau, Clément Rougier, Brossard, Louis-Amable Marie dit Ste-Marie, Étienne St-Dizier, Paul Rakepack, Jean-Baptiste Raymond dit Toulouse ainsi que Pierre Gagnier.


P49 - Collection cartes et plans.

[1800?]-1996.
420 cartes. - 82 plans.

Notice biographique :  

La collection a été accumulée au fil des ans, surtout depuis 1976, dans le but de retracer et de refaire l'histoire de la Seigneurie de La Prairie-de-la-Magdeleine, ainsi que les régions avoisinantes à celle-ci. Certains documents sont plus anciens.

Historique de la conservation :  

La SHLM a acquis les cartes et plans des Archives nationales du Québec, des Archives nationales du Canada, de divers ministères, de la ville de La Prairie et de d'autres villes de l'ancienne seigneurie de La Prairie ainsi que de quelques écoles spécialisées, suite à des demandes adressées à ces institutions.  La grande majorité des documents ainsi acquis sont des copies. La Société a aussi produit ses propres documents qui ont souvent été conservés roulés.

Portée et contenu :  

La collection témoigne de l'histoire de la Seigneurie de La Prairie-de-la-Magdeleine et des régions avoisinantes de 1667 à 1996. Elle comprend des cartes de cadastres, des cartes de la seigneurie, des cartes de villages, des cartes de références, ainsi que des plans militaires.


P50 - Collection iconographique.


[1890?]-2008.
Env. 2000 : support papier.

Histoire administrative :  

La collection iconographique permet de retracer et de garder en mémoire un événement, les ancêtres de la seigneurie de La Prairie-de-la-Magdeleine et des régions avoisinantes, l'histoire de la Seigneurie... de [1890?]- .

Historique de la conservation :  

Les documents ont été réunis suite à des dons et à des acquisitions de gens qui habitent l'ancienne Seigneurie de La Prairie et les régions avoisinantes.

Portée et contenu :  

La collection témoigne de l'histoire de la Seigneurie et de divers sujets particuliers depuis 1890. Elle contient des documents iconographiques divisés selon les sujets suivants: vue aérienne, communication, enseignement/éducation, archéologie, loisirs, commerces/industries et métiers, villes, religieux, familles, habitations/monuments et parcs, fleuve et inondation, histoire militaire et religieuse, musée et moulin.


P52 - Fonds Briqueterie Saint-Laurent Ltée.

23 octobre 1869 - [2002?].
1,61 m de documents textuels et autres documents.

Histoire administrative :  

C'est en 1872 que l'on voit apparaître à La Prairie les industries artisanales liées à la fabrication de la brique.  Suite à la découverte par Henry Shirley, ingénieur civil et Hugh Cameron, manufacturier de briques de la ville de Toronto, d'un sol argileux riche en dépôt de schiste, la première grande briqueterie, Canada Brick & Tile Company s'installe en 1890.  Les conditions essentielles y sont réunies: un sol argileux, la proximité du fleuve et du chemin de fer, les capitaux anglophones, un marché à proximité et la possibilité d'acquérir aisément les terres environnantes.  Le 20 décembre 1905, un groupe d'hommes d'affaires de Montréal incorpore sous le nom de St-Lawrence Pressed Brick and Terra Cotta Limited, une autre usine qui s'installe à proximité de la première, au sud du chemin de Saint-Jean et à l'est de la voie ferrée.  Le 22 octobre 1912 par lettres patentes supplémentaires, le nom est changé pour St-Lawrence Brick Co. ou Briqueterie St-Laurent Ltée.  L'implantation des usines de briques est directement reliée à l'expansion de la population puisqu'elle génère une demande de main d'œuvre accrue.  En 1921, on compte plus de 700 hommes, provenant de La Prairie et ses environs qui participent à la production.

La Briqueterie St-Laurent tient toujours une place de choix dans la production de briques mondiales.  Cependant, sa participation n'y est plus indépendante.  Les intérêts sont américains, situés à Charlotte en Caroline.  En 1999, elle fut amalgamée ainsi que 6 autres compagnies majeures par Hans.


P57 - Fonds Société littéraire de La Prairie.

1885-1982.
3 documents textuels : 1 registre manuscrit, liste des livres et un  texte de règlements ; 32x20x4 cm et  27x21 cm.

Histoire administrative :  

La Société littéraire du village de La Prairie a été crée avant le 30 octobre 1885. Le donateur, monsieur Jean-Marie Legault, fut le dernier secrétaire de la Société. Il a conservé ces documents depuis la fin des activités de la Société Littéraire de La Prairie en 1982.

Monsieur Gilles Lamarche a retrouvé un document dont il ne connait pas la provenance.

Historique de la conservation :  

Les secrétaires de la Société Littéraire du village de La Prairie se sont transmis le registre l'un l'autre jusqu'à monsieur Legault. Monsieur Gilles Lamarche a retracé l'inventaire de la bibliothèque pendant la rénovation de la résidence du 208A St-Marie en 2008.

Portée et contenu :  

Le registre Constitution et Règlements de La Société Littéraire du village de La Prairie a été préparé par un comité, nommé le 7 octobre 1885. Le texte a été présenté à l'assemblée le 30 octobre de la même année afin d'être adopté lors de l'assemblée semestrielle tenue le 2 décembre 1885. Dès le premier article on apprend que le nom est Société Littéraire de La Prairie. Ce nom va demeurer jusqu'à la fin des opérations habituelle de la Société en 1982. Malheureusement, à date, en 2006, nous ne savons pas quand les activités de la Société Littéraire du village de La Prairie ont débutées.

Le registre des procès-verbaux des réunions comprend les réunions depuis le 21 novembre 1906 jusqu'au 8 avril 1982. Toutes les activités de la Société y ont été transcrites par les divers secrétaires.

Inventaire des livres de la bibliothèque du 28 juin 1894. Il s'agit surtout d'une liste de 187 titres de volumes appartenant à la Société à cette date. Les deux volumes ont été déposés à la bibliothèque soit : Histoire de la Gascogne... vol. 1 par l'abbé J.J. Monlezun, Auch, J.A. Portes, 1846, 2, viii et 448 pages. Ce volume était sur l'étagère 26 et porte le numéro 664 sur l'ex-libris. C'est le même numéro qu'à l'inventaire des livres de la bibliothèque.

Le compagnon des vacances présenté à la jeunesse chrétienne, Eusèbe Senécal & fils, imprimeur, Montréal, Librairie Saint-Joseph, Montréal, 1887, 239 pages. Il porte le numéro 199 à l'inventaire des livres de la bibliothèque.


P83 - Collection Claire Robert.

1910-1990.
981 photographies : Copies papier n/b et couleurs et diapositives ; variées.

Histoire administrative :  

Clara Rosalie (Claire) Robert est née le 11 novembre 1910. Elle est la fille de Vital-Hubert (Hilaire) Robert, décédé le 11 février 1935 à 80 ans, à La Prairie et de Louise Racine, décédée le 30 décembre 1969 à 86 ans. Son père est allé travailler au Yukon à la fin du 19e siècle et début du 20e siècle.  Elle est demeurée célibataire. Elle a été enseignante à La Prairie et possédait aussi une école de musique dans sa maison. Elle a fait plusieurs voyages en automobile, en bateau et en avion.  Elle est décédée le 28 mars 2000 et enterrée le 9 juin 2000.

Historique de la conservation :  

Monsieur Gordon Ashfield possédait ces documents, par héritage de la famille Robert, et les a donnés à la Société d'histoire de La Prairie-de-La-Magdeleine en 2001.

Portée et contenu :  

Le fonds témoigne des activités de la vie quotidienne de la famille Robert.

Il contient les séries suivantes: 1. document textuel; 2. documents photographiques; 3. les diapositives et 4. les cartes postales.  

Les photographies concernent les activités de musicienne et de professeur de musique de Mme Claire Robert. On y retrouve aussi des photographies de la famille Robert à La Prairie.


© 2017. Société d'histoire de La Prairie-de-la-Magdeleine. Site conçu par Bon melon